Home

hersteld van archive.org

LYON (AFP) — Une Roumaine mise en examen pour le meurtre de Frère Roger, prieur de la Communauté de Taizé, en août 2005, Luminita Solcan, 37 ans a bénéficié vendredi d’un non-lieu psychiatrique, a indiqué vendredi le parquet du tribunal de grande instance de Mâcon.

“Les faits ont été clairement établis mais les multiples expertises ont indiqué que le jeune femme n’était pas consciente au moment de ses actes et qu’elle souffrait d’une altération totale de ses facultés mentales”, a expliqué le procureur Jean-Louis Coste.

Compte tenu de son état psychiatrique jugé toujours dangereux, selon le magistrat, Luminita Solcan a été internée dans un centre spécialisé à Dijon, sous contrainte et en longue durée après un arrêté préfectoral de placement d’office.

Son avocat, Eric Braillon, devrait demander que cet internement puisse se dérouler dans son pays.

Le 16 août 2005, Frère Roger, fondateur de la communauté oecuménique de Taizé, avait été poignardé par la Roumaine alors âgée de 35 ans. Luminita Solcan avait été arrêtée tout de suite par des témoins et remise aux gendarmes.

Trois expertises ont été menées, la première ayant conclu à sa responsabilité pénale, avant que les deux suivantes s’accordent sur le diagnostic d’un “délire paranoïde s’inscrivant dans une psychiatrie schizophrénique”, a expliqué Me Braillon.

“Elle a commencé par dénoncer un prétendu complot franc-maçon puis de parler de pédophilie de la part de certains prêtres avant – et c’est la dernière version – de dire et redire que l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, était à l’origine de l’assassinat, reconnaissant avoir tenu le couteau mais n’avoir jamais porté, elle, le coup mortel sur Frère Roger”, a détaillé son avocat.

Advertenties
%d bloggers liken dit: